LES CONTES DE LA LUNE ROUGE

Cet ouvrage comprend deux nouvelles sur le thème de la sexualité, ce sont les premières d’une série de plusieurs petites nouvelles sur des thèmes divers et variés.

L’amour et la sexualité.

Retrouvez ici deux histoires qui vont vous plonger à l’époque de la romance du XVIIème siècle et des turpitudes amoureuses des jeunes gens.

  • Thème : Érotique
  • Format : Roman (134×204)
  • Nombre de pages : 72
  • Date de publication : 06/01/2014
  • ISBN : 9782332683489

blood_moon_prophecy

Couché dans son lit, Dereck attendait, le regard perdu dans le vide, il était de plus en plus impatient, il avait besoin de bouger.
Habillé d’un T-shirt blanc et d’un caleçon bleu, il se retourne tout le temps, sans être capable de prendre une position qui lui convienne, caressant ses cheveux blonds avec ses mains, comme pour sentir l’effet que ça fait quand une femme vous caresse lascivement.

Il a les yeux bleus qui regardent le plafond. Comme tous les matins, il pense encore et encore ne sachant pas quoi dire, ne sachant pas quoi faire. Dereck ne savait pas ce qui allait se passer aujourd’hui, il ne savait pas et d’ailleurs personne ne pouvait savoir, c’était tellement imprévisible.

– Enfin, je vais pouvoir la revoir, ça fait si longtemps Miss Dong, j’ai en marre de rester ici et d’attendre qu’elle revienne, je ne supporte plus le fait d’être loin d’elle, il faut que je la vois, il faut que je lui parle.
Il se tint bien droit dans son lit et se mit à fermer les yeux pour penser plus fort.
– Enfin, je vais pouvoir lui dire ce que je ressens pour elle, je crois que je vais me préparer pour sortir.
Il se leva et se mit en route pour la salle de bain. Il entra dans celle-ci, elle était comme toutes les salles de bains qu’on peut trouver dans un appartement, avec un lavabo ainsi qu’une petite baignoire et des toilettes. Tout était propre, trop propre. On pouvait sentir que Dreck avait un problème avec la propreté et que c’était même une phobie pour lui la saleté, mais ça ne l’empêchait pas plus que ça de vivre. Il ne se posait pas ce genre de question en général.

Il commença à se regarder dans le miroir et retira son T-shirt pour admirer son corps. Il pouvait voir ses abdominaux et ses pectoraux qui le faisaient sourire.
– Je suis en super forme pour une fois.
– Alors, c’est bientôt le moment où nous serons ensemble ? Une voix retentit, mais on ne savait d’où. Elle s’adressa directement à Dereck et celui-ci ne semblait pas être mal à l’aise quant à la provenance de cette voix, il semblait avoir l’habitude de l’entendre.
– Oui, mon amour enfin, nous serons ensemble. Dereck faisait un grand sourire en disant ça, il ne parlait à personne mais semblait être tout de même dans une discussion.
Il regarda alors son reflet dans le miroir mais ce n’est pas lui qui apparaissait mais une femme d’environ trente ans, elle était blanche et nue, assez jolie. C’est avec elle que Dereck semblait avoir sa conversation.

Il prit alors une bombe à raser et s’en mit sur le visage pour commencer le travail, il prit le rasoir, le lava et l’approcha de son visage.
– Fais attention, lui dit la voix qui sortait du miroir, fais bien attention à ne pas te couper, sinon ça pourrait ralentir nos retrouvailles.
– Oui, je sais ce n’est pas la peine de me le dire, je vais faire très attention. Ne t’inquiète pas, je n’ai pas envie de perdre du temps.
Après un long moment, Dereck avait enfin fini de se raser. Après s’être nettoyé le visage et avoir mis de l’after-shave, il se dirigea dans sa chambre pour se changer. Devant un énorme miroir, bien plus grand que dans la salle de bain, il pouvait encore voir la femme avec qui il parlait plus tôt. Elle avait un énorme chapeau sur le tête. On pouvait distinguer qu’elle était rousse.

Les deux semblaient bien s’amuser en discutant, la fille lui donnait des conseils sur la façon de s’habiller et Dereck s’empressait de mettre les habits qu’elle lui indiquait. Il enchaînait habit après habit pour trouver la meilleure tenue pour la revoir.
– Voilà de beaux habits, tu ne trouves pas ?
– Tu essayes de me séduire, lui dit la femme dans le miroir.
– Hé hé hé, peut-être bien, en tout cas, je suis amoureux de toi, tu le sais bien.
Dereck essaya alors une tenue de businessman pour lui faire plaisir. C’est à ce moment que la femme dans le miroir lui proposa d’essayer une cravate. Il se dirigea alors vers elle pour en mettre une, c’était une cravate rouge, comme le sang, qu’il essaya tout de suite et qui semblait coller à la perfection avec le reste de la tenue.
Il se rapprocha du miroir pour que la femme lui fasse un baiser sur la joue. Il était très heureux. Il ferma les yeux une demi- seconde et quand ils les rouvrit, elle n’était plus là. Il n’y avait plus personne dans le miroir, plus de voix dans sa tête ou à l’extérieur. Il était complètement seul dans sa chambre.

Il tourna en rond un long moment avant de comprendre qu’il n’y avait plus rien. Qu’il était tout seul, depuis le début peut-être.
Il laissa passer plusieurs heures avant de sortir enfin de chez lui. Il se dirigea alors vers un lycée de la ville où il devait attendre quelqu’un. A l’écoute de la cloche, les élèves se mirent à rentrer dans l’établissement. Dereck restait dehors à guetter quelqu’un. Puis, à un moment, son regard se mit à s’illuminer à l’apparition d’une femme. C’était la même que celle qu’il pouvait voir dans son miroir. Elle était grande, rousse, d’un teint légèrement pâle. Mais c’était bel et bien la même personne, c’est elle qu’il venait voir. Il la regarda entrer, elle aussi, dans l’établissement. Il devait être dans les 13 heures, juste après le déjeuner. Il resta alors à cet endroit à attendre jusqu’à la fin des cours, vers 17 heures, où tout le monde sortait et attendit que cette femme ressorte à son tour.
Elle sortit de l’établissement et riait beaucoup, elle était accompagnée d’un autre homme avec qui elle discutait et il semblait que les deux s’entendaient assez bien d’après ce qu’il pouvait voir.

Il tomba alors dans une dépression instantanée, comme si le ciel lui était tombé sur la tête, il ne comprenait plus rien à la vie.
Il se mit alors en marche pour rentrer chez lui et ne semblait plus faire attention au monde qui se trouvait autour de lui. Après une longue marche, où il ne vit même pas le temps passer, il était enfin de retour dans son appartement. Il enleva ses chaussures et se posa dans son canapé. Il ne semblait pas vouloir bouger de là. Il resta jusque minuit où il comprit qu’il fallait se coucher. C’est ce qu’il fit alors en se déshabillant, il se mit complètement nu et se coucha dans son lit.
Dereck se rendit compte qu’il n’était pas seul, qu’il y avait quelqu’un d’autre dans son lit, mais ça ne l’empêchait pas de pleurer, de pleurer très fortement.
– Pourquoi tu pleures ? lui dit l’autre personne qui était dans son lit.
Dereck ne pouvait pas la voir, il faisait dos à celle-ci.


Vous pouvez commander directement le livre sur le site de l’éditeur!

Retrouvez aussi les autres ouvrages ici

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s