DÉMOCRATIE OU DEM!

LA DÉMOCRATIE OU LE DEM!

index

On en parle souvent de la démocratie, surtout lors des élections ou on nous explique que nous vivons dans une démocratie, mais savez vous d’où ce terme vient exactement et quelle est son histoire?

Aujourd’hui nous allons aborder un billet un peu spécial vu qu’il ne s’agit pas de parler chômage ou entrepreneuriat mais plutot vie de tous les jours.

La démocratie trouve son origine dans la grave crise de la cité grecque et les mutations propres à Athènes. Au VIe siècle av. J.-C., les cités du monde grec sont confrontées à une grave crise politique, résultant de deux phénomènes concomitants : d’une part l’esclavage pour dettes, liant situation politique et situation financière, touche un nombre grandissant de paysans non propriétaires terriens : l’inégalité politique et le mécontentement sont forts dans le milieu rural ; d’autre part le développement de la monnaie et des échanges commerciaux fait émerger une nouvelle classe sociale urbaine aisée, composée des artisans et armateurs, qui revendique la fin du monopole des nobles sur la sphère politique.

Pour répondre à cette double crise, de nombreuses cités modifient radicalement leur organisation politique. À Athènes un ensemble de réformes amorce un processus débouchant au Ve siècle av. J.-C. sur l’apparition d’un régime politique inédit : une sorte de démocratie pour les hommes libres mais avec la continuation de l’esclavage.

À titre d’exemple le philosophe marxiste Jacques Rancière estime que « la démocratie est née historiquement comme une limite mise au pouvoir de la propriété. C’est le sens des grandes réformes qui ont institué la démocratie dans la Grèce antique : la réforme de Dracon qui réforma la justice, la réforme de Clisthène au VIe siècle av. J.-C., instituant la communauté politique sur la base d’une nouvelle redistribution territoriale qui cassait le pouvoir local des riches propriétaires ; la réforme de Solon interdisant l’esclavage pour dettes ». On ne saurait méconnaître cependant le lien essentiel entre démocratisation économique et sociale (décrite ci-après) et démocratisation politique, non plus que l’essor naval athénien à partir de 483 av. J.-C. qui conditionna la démocratie.

Tous les citoyens athéniens avaient le droit de prendre la parole et de voter à l’Ecclésia, où étaient votées les lois de la cité, mais aucun droit politique ni citoyenneté n’était accordé aux femmes, aux esclaves, aux métèques : des 250 000 habitants d’Athènes, seuls 40 000 environ étaient citoyens et, sur ces 40 000, tous les hommes riches (tous les citoyens de la première et deuxième classes, environ 5 000) et la plupart des thètes (citoyens de la quatrième classe, environ 21 000) participaient aux réunions de l’Ecclesia. Seuls les citoyens de la deuxième classe ont souvent envoyé une autre personne aux réunions.

Constitution-des-Atheniens-au-IVe-siecle

Qu’est ce que l’écclésia?

C’est l’assemblée qui rassemble tous les citoyens qui se réunissent sur la colline de la Pnyx. Elle vote les lois en général avec un quorum de 6000 citoyens, en certaines circonstances ; la participation est normalement inférieure à ce chiffre si l’on en croit Thucydide. Ces votes se font à main levée et à la majorité simple. N’importe quel citoyen peut prendre la parole, exercer son pouvoir d’amendement et proposer une motion. C’est le propre de la démocratie directe. Une fois votée, la loi est exposée au public sur l’Agora.

Selon un processus similaire, l’Ecclésia peut, une fois par an, prononcer l’exil d’un citoyen. Ce vote est appelé l’ostracisme dont le nom vient du morceau de céramique (l’ostracon) sur lequel est inscrit le nom de la personne dont on demande le bannissement. Cette sanction est dure, car le banni n’est plus protégé par sa cité. Il est soumis à tous les aléas, et dans les pires cas, il peut connaître l’esclavage. La réunion annuelle d’ostracophorie s’effectue après celle pendant laquelle les magistrats, bouleutes et héliastes sont tirés au sort pour des mandats d’un an. Elle nécessite la présence de 6 000 membres, c’est le fameux quorum de 6 000. Cette pratique disparaîtra en -417, après avoir frappé une dizaine de grands hommes politiques athéniens.

Qu’est ce que la boulè?

La Boulè est le nom générique des conseils dans différents régimes grecs. À Athènes, la Boulê est souvent appelée « Conseil des Cinq-Cents », car, à partir des réformes de Clisthène, elle est composée de 500 membres (bouleutes) à raison de cinquante par tribu. Les bouleutes sont tirés au sort parmi des listes dressées par chaque dème de citoyens volontaires âgés de plus de trente ans et renouvelés chaque année : l’absence de toute qualification autre que d’âge empêche que la fonction soit l’objet d’une compétition ; un citoyen ne peut être bouleute au maximum que 2 fois non successives, ce qui exclut la possibilité d’y faire carrière. Cette assemblée siège de façon permanente. La présidence et la coordination du travail sont assurées par les prytanes. Chaque tribu assure pendant un dixième de l’année (35-36 jours) la prytanie, c’est-à-dire la permanence. Le principal travail de la Boulè est de recueillir les propositions de loi présentées par les citoyens, puis de préparer les projets de loi pour pouvoir ensuite convoquer l’Ecclésia. La Boulè siège au Bouleuterion, bâtiment contigu à la Tholos sur l’Agora. On a pu dire de la boulé athénienne que c’était « une machine à éliminer les influences et à faire triompher le sens commun du démos, et le meilleur garant de la démocratie.

Une réponse sur « DÉMOCRATIE OU DEM! »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s